26 août 2016 5 26 /08 /août /2016 17:55

Toujours dans Napa Valley, nous nous rendons au domaine "Grgich Hills Wine Estates". Mike Grgich est le type-même du self made man américain, celui qui, meurt-de-faim, trouve une pomme dans la rue, n'en mange que la moitié et vend l'autre pour acheter une seconde pomme et devient vite richissime. Mike, de son vrai nom Miljenko Grgic, est né en Croatie en 1923. On trouvera une biographie succincte sur Wikipédia (voir le lien ci-dessous). Mike porte un éternel béret, mais la version qu'on nous a donnée est différente de celle de Wikipédia. Quand, il émigre en Allemagne en 1954, il se fait voler son parapluie et n'a pas assez d'argent en poche pour s'en payer un nouveau. C'est donc un simple béret qui le protégera des intempéries. Depuis, il le porte en souvenir de ces temps difficiles.

Sa notoriété intervient lors du fameux (certains disent fumeux) jugement de Paris (voir l'autre lien Wikipédia) où le Château Montelena 1973, un chardonnay californien arrive premier dans un concours de dégustation à l'aveugle devant de grands blancs de Bourgogne. Or le vinificateur est Mike Grgich.

Associé à Austin Hills, propriétaire des cafés du même nom, il fonde alors son propre domaine. C'est aujourd'hui 143 hectares et 850 000 bouteilles. Son gendre Ivo Jeramaz, en assure la direction.

Le domaine n'utilise ni herbicides, ni pesticides, ni engrais artificiels et revendique une démarche biologique. Certaines parcelles sont même certifiées biodynamiques depuis une dizaine d'années.

Si Mike Grgich a assis sa réputation et sa fortune sur l'art de vinifier le chardonnay en Californie, il a une tendresse particulière pour le zinfandel, un cépage que l'on a fait passer souvent pour autochtone, alors que selon toute vraisemblance, il viendrait de Croatie via les Pouilles.

Et la dégustation montrera que quand on ajoute la tendresse à l'art, cela donne de grands vins.

"Dire le Vin" ayant pris rendez-vous, nous eûmes droit à une visite et une dégustation privée, avec encore une fois, un guide aussi sympathique que compétent.

Nous avons commencé par trois chardonnay, fort différents. L'équilibre du premier (Napa Valley) ne nous a pas convaincus. Le second (Miljenko's selection) fut sublime (vignes de Carneros, levures indigènes, élevage en foudres de chêne français). La musculature du troisième (élaboré pour commémorer le jugement de Paris) ne nous a pas impressionnés.

Le "blanc fumé", un sauvignon de la Napa Valley, nous a séduit par sa minéralité et sa belle acidité. Il nous a réconcilié avec ce cépage car les autres sauvignons californiens que nous avions goûté jusqu'à présent, associaient arômes variétaux et goût de planche.

Le Zinfandel (Napa Valley) assemblé avec 5 % de petite syrah, est séducteur en diable. C'est une explosion de fruits rouges frais, d'épices, avec un boisé fondu, c'est plein de tendresse !

Le Merlot (Napa Valley) avec 5 % de cabernet sauvignon, est très "Bordeaux".

Le Petit Verdot (Yountville) associé à 10 % de cabernet sauvignon, très typique, bien construit, à la virilité réjouissante, hurlait après un steak bien saignant.

Le cabernet sauvignon 2013 (Napa Valley), assemblé avec 18 % de petit verdot et de cabernet franc, est très classique.

Par contre le cabernet sauvignon 2011 issu de vieilles vignes (plantées en 1959) de Yountville, élevé 21 mois en fûts de chêne (français, bien sûr), puis six mois en foudres, nous a plus que convaincu. C'est vraiment un très grand vin. Son prix est très grand aussi.

American DreamAmerican Dream
American DreamAmerican Dream

Partager cet article

Repost 0
Publié par direlevin
commenter cet article

commentaires

Max33 20/09/2016 20:21

Bonsoir,
Très bel article...
Félicitation aux globes trotters

Informations importantes

 

Encore des nouveautés sur le catalogue de "Dire le Vin" :

- Coteaux d'Engravies 2014, une jolie syrah ariégeoise

- Touraine Amboise rouge 2014, cuvée de la Prévôté, un malbec de Bonnigal et Bodet

- Saumur Puy-Notre-Dame 2014, Le pied à l'étrier du domaine de l'Enchantoir

- le Morgon vieilles vignes 2016 de Michel Guignier

et ils sont tous bio.

En envoyant un courriel à direlevin@yahoo.fr,

vous recevrez tout notre catalogue et nos tarifs.

 

 

Recherche

Les Derniers Articles Parus

  • Trouvailles de septembre
    Comme on ne peut pas attendre désespérément l'été indien le verre vide, comme après les vacances, on prend de bonnes résolutions, comme celle de ranger sa cave (celle de "Dire le Vin" est nickel, par contre celle de son gérant...), comme, comme, comme,...
  • Paris du Chasselas
    Paris, parce que la dégustation se passait au siège de l'Office International de la Vigne et du Vin, dans le huitième arrondissement. Paris, parce que les promoteurs de ce cépage, en font plusieurs : augmenter la notoriété de ce cépage en dehors de la...
  • "On en apprend beaucoup ...
    ... à écouter la vigne". Ainsi commence l'éditorial de Jacques Dupont dans le dernier numéro du Point. On en apprend beaucoup à lire l'intégralité de cet article qui ouvre le dossier "Spécial Vins" de cet hebdomadaire. Y sont superbement résumés, les...
  • Si tu t'imagines ...
    si tu t'imagines que tu vas faire des affaires dans les foires aux vins de la grande distribution, ce que tu te goures, ce que tu te goures. Ce temps-là est bien fini, et je ne passe plus guère de temps à éplucher les catalogues desdits distributeurs....
  • Si tu ne sais pas ...
    ... quoi faire un soir, au lieu d'aller au plume sans dîner (ce qui est très mauvais pour la santé), au lieu de te faire envoyer chez Plumeau (ce qui est très mauvais pour le moral), va te mettre à table "Aux Plumes". Ce restaurant, sis 45 rue Boulard...

Pourquoi Ce Blog ?